Serveur Roleplay Lineage ][
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire du Serveur: Chapitre 11 à 21

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valdus
Admin
Admin
avatar

Messages : 2922
Date d'inscription : 04/06/2012
Age : 29

Personnage 1 : Loky
Kainiste

Personnage 3 : Nerion
Kamael

MessageSujet: Histoire du Serveur: Chapitre 11 à 21   Mar 5 Juin 2012 - 14:28

Chapitre XI - Retour au campement-

L'étranger se mit à réfléchir, sa dernière histoire étant terminée.
Le conte était différent de tout ce que nous avions entendu, mais étrangement familier. La belle et virginale elfe de notre compagnie était calmement assise, ses yeux au bord des larmes.
La nuit s'était assombrie au fur et à mesure que l'étranger parlait, et à présent les cris des animaux sauvages ne nous parvenaient même plus. Le vent avait cessé d'agiter les branches au-dessus de nous, et même le bruit de l'eau de la rivière voisine semblait atténué. Uniquement le bruit de nos respirations et les craquements du feu de camp troublaient le calme de la nuit. C'était comme si la nature autour de nous retenait son souffle pour écouter plus attentivement l'histoire contée.
Nous nous penchâmes vers l'étranger pendant qu'il se raclait la gorge en toussant.
"Alors, n'est-ce pas ironique que les plus humbles créatures de tous, les humains, aient finalement obtenus le contrôle des terres ? Mais ce n'est que le résultat de la volonté humaine. Même les dieux n'auraient pas imaginé que les humains règneraient un jour sur la terre."
"A présent, je vais vous conter l'histoire du plus grand des royaumes humains ayant jamais existé. C'est l'histoire des humains qui ont marché dans les pas des géants."

Chapitre XII - Le mythe-

Pendant les longs combats contre les orcs et les elfes, les humains commencèrent à former des royaumes primitifs entre eux. Le groupe central était composé du clan Athena et des humains doués en magie. Ils protégeaient leur nombre par la force, conservaient l'ordre par les menaces, et s'impliquaient parfois dans de petites escarmouches ou des combats plus importants.
L'ordre fut rapidement rétabli quand le chef du clan Athena, Shuniman, réunit les régions actuellement connues en tant qu'Aden et Noverïah. Il nomma par la suite le tout en Novérïah et se couronna lui-même empereur. La couronne de branches d'arbre qui ornait la tête de ses ancêtres se transforma en couronne d'or ornée de pierres scintillantes pour orner sa propre tête. Il fut rapidement considéré comme un dieu au sein de ses partisans.
L'empereur Shuniman était inquiet sur les limitations de la vie humaine. Le fait que Gran Kain, dieu de mort et de destruction, fut leur créateur donnait aux humains un complexe d'infériorité. En supplément, les histoires disant qu'ils avaient été créés par les restes des autres races étaient extrêmement humiliantes pour ces nouveaux gouverneurs. Pour leur nouveau royaume, ils avaient besoin d'un nouveau mythe, une nouvelle histoire qui les montreraient en tant qu'êtres nobles.
Par la suite, au travers d'une réforme religieuse de grande échelle, Shuniman fit d'Einhasad la déesse des humains à la place de Gran Kain. Mythes et histoires furent modifiés et ceux pratiquant la magie noire, même les adorateurs de Gran Kain, furent persécutés. La réforme religieuse continua sur des générations si bien qu'au final, les humains croyaient que Einhasad, la déesse du bien, était leur créatrice et Gran Kain était simplement le dieu du mal. En apprenant ceci, Gran Kain l'accepta en rigolant.
"Même s'ils ne me servent pas, ça ne me mettra pas en colère. Mais, idiots d'humains, qu'importe la manière dont vous essayerez de cacher la vérité, le mensonge est-il suffisamment gros ?"

Chapitre XIII Novérïah et Périos.
Pendant que l'empereur Shuniman et le royaume de Novérïah prospéraient, la région de Gracia par delà les eaux était toujours enclinte à l'agitation. La géographie de Gracia était variée et dangereuse et alors que de nombreux groupes humains se battaient pour le pouvoir, aucune force suffisante n'avait émergé pour unifier le gouvernement. De petits royaumes parsemaient le territoire, clamant les portions de terres en leur noms et menaient de petites batailles et guerres de plus grande envergure pour leur poursuite de la domination.
Le jour vint où la puissante armée de Novérïah envahit la contrée en traversant l'eau par l'ouest et les différents royaumes de Gracia furent forcés de s'allier afin de pouvoir se défendre. La plus grande partie des nobles et aristocrates furent tués lors du processus. Les aristocrates survivants gagnèrent bien évidemment en puissance. Vers la fin, l'invasion des Novérïen fut repoussée, mais elle servit à poser les fondations d'un royaume de Gracia unifié. Ce royaume se nomma Perios.
Par la suite, Perios et Novérïah entrèrent dans une lutte permanente pour la domination. Novérïah, qui était le premier royaume à avoir été unifié et possédait une puissance militaire plus importante, était largement supérieur. Mais Perios disposait d'avantages particuliers. Pour commencer, la mer qui séparait les royaumes limitait les possibilités d'attaques de Novérïah. Un autre point important était que le peuple de Perios possédait des reliques puissantes abandonnées par les géants qui pouvaient apporter un avantage militaire.
Même avec leur impressionnante force, au final les troupes du royaume de Novérïah ne réussirent pas à conquérir Perios.

Chapitre XIV Beleth et la Tour d'Ivoire
Le royaume de Novérïah était la maison de la Tour d'Ivoire, une institution pour l'apprentissage de la magie et l'école des passeuses du continent. Les mages travaillant au sein de la Tour d'Ivoire s'acharnaient à retrouver, étudier et améliorer la magie des anciens géants. Les capacités magiques des étudiants de la Tour étaient énormes, et pendant un temps leur influence dans le royaume était presque aussi importante que celle de l'empereur du territoire.
Parmi ceux de la Tour d'Ivoire se trouvait Beleth, le plus puissant de tous les mages et un des plus grands génies ayant jamais existé sur la terre. Il était obsédé par la magie des géants et arriva à obtenir quasiment l'intégralité de leurs forces. Mais le pouvoir des géants était une force maudite qui n'était pas faite pour les humains, et en l'ayant obtenue, l'ambition et la soif de pouvoir de Beleth croissèrent rapidement. Alarmés, le royaume et les mages de la Tour d'Ivoire combinèrent leur forces pour se débarrasser de Beleth. Mais ce dernier détenait une force et un pouvoir sur les sombres arcanes extrêmes.
Finalement, les magiciens de la Tour d'Ivoire utilisèrent la magie noire interdite pour réussir à diminuer les pouvoirs de Beleth suffisamment pour le capturer et l'enfermer dans les donjons sous la tour. Mais en dépit des chevaliers et magiciens gardant la prison, Beleth fut capable de s'en échapper. Il prit la fuite vers l'île de Sombreterre (Hellbound) pour récupérer ses forces et poursuivre dans son désir de conquérir le royaume.
La magie noire utilisée pour capturer Beleth avait eu un autre effet secondaire. Les zones sud de la région connue à présent en tant que Gludio étaient dévastées par la magie noire, et beaucoup d'humains avaient été tués lors de l'incantation du sort. Le royaume rejeta ceci sur Beleth et répandit la rumeur que ce dernier était un diable.

Chapitre XV La naissance des sombres et Dasparion
Un important changement survint dans les bois elfiques vers la même époque. Avec la perte du contrôle du continent humain, les elfes perdirent leurs confiance au fur et à mesure. Ils oublièrent même leurs ambitions de règne et se contentèrent de vivre en paix dans leurs forêts.
Il existait un groupe connus en tant qu'elfes bruns qui n'étaient pas satisfait de la complaisance des elfes. Possédés par un fort désir d'ambition, ils insistèrent sur le fait que les combats avec les humains devaient continuer, même si cela signifiait l'utilisation de la magie bannie, la magie noire. Cependant, cette position rencontra une violente opposition du reste des elfes.
Pendant cette période, un magicien humain apparu parmi les elfes bruns et, approchant leur chef, dit :
"Roi des elfes bruns, vous désirez la puissance. Mais les faibles elfes sylvestres et leurs partisans ont peur que vous atteignez le grand pouvoir qui vous est destiné. Ils s'inquiètent uniquement de la manière dont vous les attaquerez ou si vous les emmènerez dans un plus grand désastre en provoquant les humains. Ce sont ces faibles pensées qui ont créé cette faiblesse au sein de la race des elfes."
Le chef des elfes bruns répondit, suspicieux : " Qui es-tu, mage humain ? Quel but poursuis-tu pour nous duper ainsi ?"
"Mon nom est Dasparion, et je ne suis qu'un simple magicien. Mais je possède la force que vous désirez. Je peux vous aider à réaliser vos rêves ambitieux ... En retour, vous devrez me donner ce que je désire le plus."
"Ce que tu désires le plus ? Et qu'est-ce que ce pourrait être ?"
"Votre jeunesse. Le secret de la vie éternelle." Un léger sourire apparut au coin des lèvres de Dasparion. "Bien que je sois habile en magie, je reste un humain et mon espérance de vie n'est même pas d'une centaine d'années. Alors, roi des elfes bruns ... quelle est votre décision ? Nous pouvons nous entraider pour obtenir ce que nous désirons."
Séduit par les pouvoir de la magie noire que Dasparion possédait, les elfes bruns acceptèrent sa proposition et apprirent les sombres arcanes sous sa tutelle. En retour, Dasparion obtint la connaissance sur l'immortalité et quitta les forêts satisfait.
En apprenant ces événements, les elfes bannirent les elfes bruns, qui avaient abandonné Eva et accepté le pacte de Dasparion, un suivant de Gran Kain, par cupidité. Une bataille s'ensuivie impliquant tous les elfes. Les elfes bruns, agissant sur un conseil de Dasparion, utilisèrent un sortilège mortel pour annihiler les elfes sylvestres. Mais ces derniers, en rendant leur dernier souffle, lancèrent une malédiction sur les elfes bruns. Les arbres de ces derniers se décomposèrent, et ils devinrent une race ténébreuse. Par la suite, les elfes bruns furent connus en tant que Sombre et après le départ de Dasparion, ils décidèrent de vénérer à nouveau leur déesse créatrice, Shilen, qui partageait le même destin en étant bannie.

Chapitre XVI La fin de l'age d'or
L'âge d'or de Noverïah vint environ mille ans après sa création, pendant le règne de l'empereur Baium. Grâce à son charisme et ses capacités de chef, Baium créa la plus grande armée de toute l'histoire du royaume. Elle renvoya les orcs, qui avaient une considérable influence dans les régions nordiques de Noverïah. Dans les forêts sombres, connues ensuite en tant que royaume des orcs. De plus, l'armée de Baium mena plusieurs attaques couronnées de succès contre le royaume de Perios, et occupa par la suite les régions sud de Gracia.
Dans ses dernières années, Baium perdit tout intérêt dans les conquêtes et utilisa les forces de son royaume pour entamer la construction d'une tour majestueuse atteignant les cieux.
"Mon nom provoque la peur dans chaque recoin du continent. Des milliers de vie peuvent être sauvées ou perdues par un simple mouvement de ma main. Mon pouvoir est absolu. Mais que ne je puisse avoir ce pouvoir que pour quelques dizaines d'années, je ne puis le supporter. Non, j'obtiendrai des dieux la vie éternelle et je gouvernerai mon royaume pour toujours !"
La magnifique tour conçue par Baium prit trente ans pour être construite. Il avait l'intention de s'en servir pour arriver jusqu'au séjour des dieux et obtenir le secret de la vie éternelle. Mais quand il monta jusqu'en haut de la tour, les dieux s'opposèrent à ses plans et lui donnèrent cette réponse :
"Enfant des modestes humains, et toi encore plus modeste que les autres : Tu oses salir notre demeure pour ta propre vie éternelle ? N'avez-vous rien appris de la leçon des géants ? Très bien, si c'est la vie éternelle que tu désires, nous te l'accorderons. Mais jamais tu ne quitteras ta tour.
En ayant attiré la fureur des dieux sur lui-même, Baium fut emprisonné pour l'éternité en haut de sa tour. Après la disparition soudaine de l'empereur, une concurrence féroce éclata parmi les membres de la famille royale, chacun faisant valoir son droit au trône. Nombre d'aristocrates saisirent l'occasion pour eux aussi revendiquer le trône, ce qui laissa l'empire entier de Novérïah paralysé par des conflits internes. Le coût et le labeur requis pour la construction de la tour avaient suffisamment affaiblit le royaume. L'ajout des conflits pour le trône vacant furent le dernier acte. Le resplendissant royaume de Novérïah, puissance du continent depuis plus de mille ans tomba rapidement dans le déclin. En moins de vingt ans, le royaume avait éclaté.

Chapitre XVII - Retour au Campement-
L'histoire, échangée contre un repas et un peu de chaleur au coin du feu, continuait de se dévoiler de manière désagréable . Nous ne connaissions pas l'identité de cet étranger, ni pourquoi il nous contait ces récits. Pourtant nous écoutions, telle une audience captive, incapable de détourner le regard ou de bouger, comme si une force invisible nous forçait à rester en place bien que dans la vallée un peu plus loin, se déroulait probablement la plus grande bataille de nos jours, la bataille de Ferrum.
L'homme faisait comme si nous n'étions pas là. Il recueillit des brindilles parsemées autour de ses pieds pour les lancer dans le feu mourant. Les flammes, qui avaient pourtant presque disparues, s’élancèrent et reprirent vigoureusement. Sans nous regarder, l'homme recommença à parler.
"Mon récit touche à sa fin. L'histoire que je vais vous conter est assez familière, celle du combat des hommes pour le pouvoir, comme celle qu'on peut entendre en ce moment même. C'est l'histoire du continent après la chute de la première dynastie des Novérïens.

Chapitre XVIII Batailles pour un continent
Bien que la reddition des Novériën aida à ralentir la chute du royaume de Perios, rien ne pouvait stopper les maladies provenant des régions de Gracia au sud, ni le froid dévastateur descendant du nord. Comme Novérïah avant, Perios disparu dans les poussiéreux tomes de l'histoire.
Après la chute de ces grands royaumes, les terres trouvèrent dans un terrible état de désolation, et les sombres heures évoquèrent le souvenir du lendemain de la grande peste. Les aristocrates humains se battirent entres eux pour la suprématie et certains offrirent même des terres aux non humains contre une force militaire. Les orcs profitèrent de cette opportunité pour gagner un équilibre, grâce à leur force. Réorganisant leurs armées, les orcs reprirent de nouveau leur campagnes pour la domination du continent. Naquirent alors des batailles sanglantes avec des légions humaines bien différentes de celles du Sud, les Norsdkas (nordiques). Avec leurs puissantes armées, les orcs occupèrent rapidement le nord du continent qui se faisait appeler dans le passé, Novérïah, mais la guerre entre les orcs nobles et les nordiques les affaiblirent.
Dans ces conflits, les elfes ne purent faire autrement que se battre pour leurs propres vies dans la guerre sans fin les opposant à leurs sombres frères. Et les nains furent rapidement repoussés, n'étant pas de taille face à l'armée orc ravageant tout sur son passage.
En ces temps, une faction humaine dominante finit par émerger, connue en tant que Royaume de Novérïah. Ils se dirent les descendants directs de la premiére dynastie des Novériën, mais mythe ou réalité, ce postulat fut accepté par la plupart, ayant la vérité de la force et des armes derrière leurs mots. L'armée de Novérïah combattit l'armée orc de nombreuses fois dans de nombreuses et terrifiantes batailles aux côtés de leurs frères humains du nord, les Nordskas. La guerre dura de nombreuses années, causant à chacun de lourdes pertes. Les armées étaient de forces équivalentes : bien que les humains fussent en surnombre, la force de la puissante armée orc restait redoutable. Cependant, vers la fin, après de lourdes défaites, les orcs furent repoussés vers leurs propres terres pour y finir leurs jours en préparant une vengeance. De même pour les nains, dont les rares survivants furent bannis des continents humains pour les profondeurs des montagnes d'Epine.
Avec sa force militaire à présent diminuée, l'armée officielle de Novérïah réussit finalement à contrôler toutes les terres du nord et marcha vers le sud en quête de la réunification du continent sous le drapeau. Mais l'unification d'un continent divisé ne devait pas être. Les Oren, le peuple le plus puissant des royaumes du sud, assaillirent l'armée des envahisseurs avec leurs puissants magiciens et leur soldats entraînés, et les nouveaux Novérïen ne purent contenir la férocité d'une armée venue défendre ses propres terres.
Les multiples royaumes du sud prospérèrent sous la protection d'Oren et ensemble commencèrent à prendre la forme d'une nation. Ces royaumes conservèrent l'équilibre entre eux, et devinrent forts et prospères.

Chapitre XIX L'avènement des deux royaumes
Les nombreuses guerres durèrent pendant plusieurs générations, mais Gracia fut le premier sur la voie de l'unité. Un homme appelé Paris, grâce à sa force et ses prouesses, apporta la gloire à son peuple, gagnant plusieurs batailles et clamant des terres au nom de Beheim.
Paris était devenu une légende quand lui et son armée firent face aux vicieux Nordskas de la lignée des Quaser. Dans un combat désespéré contre Tor, le plus grand guerrier de la lignée des Quaser, Paris porta un coup décisif. Aucun combat perdu jusqu'à ce jour, telle était la légende, qui poussa Tor, blessé, à demander:
"Es-tu vraiment humain ? Une si grande force, une telle vitesse !"
Debout devant son ennemi, le regard de Paris se porta sur le champ de bataille, et il répondit :
"Ce que je désire le plus est d'unifier ces terres ... Brave combattant du nord, jure moi fidélité, et ensemble nous conquerrons tous ceux qui s'opposent à nous"
Ainsi, Paris mena les chevaliers du faucon blanc, les chevaliers du vent, et les Nordskas à présent alliés, au travers des terres de Gracia et furent victorieux de nombreuses fois. Les limites originales des terres de Beheim augmentèrent plus de cinq fois, et quant à Paris, il organisa une révolte contre la royauté et s'empara du trône.
Cependant, les royaumes du sud restaient très actifs et beaucoup se sentirent concernés par les nouvelles agitées concernant Gracia et Noverïah. Un chef charismatique finit par apparaître, Raoul, et mena sa propre campagne pour monter sa propre armée. Adroit en paroles, Raoul vainquit nombre de ses opposants non pas avec des armes mais avec des mots. Un de ces discours ressemblait généralement à ceci :
"Seigneurs de ces terres ! Ne voyez-vous pas ce qui se passe au delà de nos frontières ? De formidables ennemis marchent sur nous à l'heure où nous parlons ! Le royaume de Noverïah a longtemps envié nos richesses et nos terres et attends uniquement le bon moment pour frapper. Si la région de Garcia au delà les eaux se met aussi en route, nous serons débordés ! Il n'y a pas d'autre solutions que de joindre nos armés sous un seul drapeau et nous préparer à la guerre."
Raoul utilisa la persuasion pour renforcer l'unification des contrées du sud. Mais la menace perçue du royaume de Noverïah n'était pas aussi grande qu'il le semblait, car trop occupée avec le soulèvement des orcs pour concentrer son attention sur Aden.
Néanmoins, Raoul combina ses premieres forces avec son loyal allié Innadril, et ensemble établirent le royaume d'Aden. A la différence de Paris, Raoul fit une campagne peu sanglante et progressa facilement dans l'ouest pour acquérir Giran et Dion.
Ce fut en Oren que Raoul rencontra la première résistance à ses plans. Oren se déclara elle-même chef des contrées du sud et n'accepta aucun autre chef qui n'était pas le sien. Au final, les deux royaumes en vinrent à se battre, mais le royaume d'Aden obtint une remarquable victoire. Le royaume de Gludio, témoin de la force de l'armée d'Aden choisi de s'allier volontairement avec Aden, complétant ainsi l'unification. Par la suite, Raoul fut connu en tant que Roi de l'Unification.

Chapitre XX Les héritiers du royaume

A la suite de l'unification du royaume de Aden, Gracia renforça ses propres terres quand les derniers restes de l'opposition, les Hwuhs, tombèrent dans les mains de Paris. Ce dernier déplaça la capitale à Arpenino et réorganisa la structure de son royaume.
La nouvelle Aden prouva que c'était une puissance avec laquelle il fallait compter suite à leur défense efficace contre l'avancée des Novérïen. Cependant, une nouvelle page de l'histoire d'Aden fut tournée avec la tragique et soudaine mort de Raoul. Sentant venir le moment de frapper, Novérïah envahit soudain les contrées du nord d'Aden. Le successeur de Raoul, Trabis, arriva à contenir l'envahisseur, mais il disparut rapidement, emporté par une maladie mystérieuse. Le candidat suivant au trône était un jeune garçon de seize ans du nom d'Amadeo.
En entendant la nouvelle, Paris s'exclama : "Les cieux sont venus en aide à notre royaume de Gracia ! Un roi de seize ans ? Ce sera la chute du royaume d'Aden."
Mais Paris sous-estima énormément le jeune Amadeo. Le jeune roi repoussa brillamment une attaque de grande envergure de l'armée Novérïenne, et Paris sentit glisser entre ses doigts l'opportunité de conquérir Aden. Ignorant les conseils de tous, y compris de son homme de confiance Dillios, Paris lança une attaque massive sur terre et mer contre Aden.
Les résultats furent désastreux.
Asteir, prétendant évincé au titre de roi de Novérïah, avait joint ses forces avec celles d'Aden, l'ennemi de longue date de son père.
"N'as tu donc aucun amour propre ? Tu devrais te tuer toi même pour oser te tenir aux cotés de l'ennemi de ton père", cria Paris, fou de rage.
Asteir ignora l'insulte et répondit : "Je pourrai m'occuper de l'enfant plus tard, pour l'instant, tu es ma proie".
La bataille de Giran fut un tournant dans l'histoire de la guerre, et les troupes de Gracia, battues et démoralisées, se retirèrent dans leurs terres. On nota aussi la disparition des Nordskas en territoire Gracia et surtout de la ligné des Quaser (à ce jour, il ne reste plus que les Nordskas originels dans le nord du territoire de Noverïah). l'échec de l'invasion d'Aden blessa profondément l'orgueil de Paris, lui qui n'avait jamais connu la défaite. Par la suite, Paris tomba malade et mourut peu après.
L'héritier Gracia était un homme frêle, nommé Carnaria, considéré par beaucoup comme incapable de gouverner le royaume. Membre de l'opposition, Cucarus refusa le droit de Carnaria au trone. Soutenu par l'ancien bras droit de Paris, Dillios, Cucarus gagna en popularité parmi le peuple de Gracia, et lui et Carnaria coupèrent le royaume en deux factions. Le nord et le sud de Gracia devinrent d'amers ennemis, leur lutte consommant toute leur énergie.
Ce fut la plus grande nouvelle qu'entendit Amadeo, et il utilisa ce repos pour renforcer le royaume d'Aden. Grâce à ses efforts, Aden, Novérïah et Gracia signèrent un traité pacificateur et un difficile âge de paix s'installa, c'est ainsi que le monde fut nommé définitivement Novérïah.

Chapitre XXI Epilogue
Quand l'homme eut fini son histoire, la lumière commençait à poindre dans le ciel noir. La longue nuit touchant à sa fin, l'aube venait et la bataille de ferrum continuait de faire rage. Rien ne restait du feu qu'une sombre fumée. Le conteur ralluma sa pipe, et tira une longue bouffée.
"C'est ici que mon histoire s'achève, du moins pour l'instant. Avec le temps, il est possible qu'elle continue... Qui sait, peut être qu'un jour vos noms s'y trouveront aussi ?"
La lumière de l'aube devenait de plus en plus présente, et un sentiment d'urgence commençait à m'envahir, l'impression que quelque chose d'important se passait. Il me fallut du temps pour arriver à parler, mais je finis par demander :
"Qui êtes vous ? Pourquoi nous raconter ces histoires... et... et comment se fait-il que vous nous connaissiez tous ?"
L'homme se dressa, sans mot. Au fur et à mesure qu'il se levait, sa taille augmentait de plus en plus! Il avait l'air d'un homme normal quand il était assis, mais maintenant qu'il était debout, c'était un géant - presque six mètres de haut - projetant une ombre sur tout le monde. Ses traits demeuraient cachés sous sa capuche. Puis, lentement, doucement, il commença à disparaître. Je pourrais seulement décrire comme un tremblement autour de lui, et puis soudainement, il disparut en fumée dans un souffle de vent.
Il ne nous avait rien dit à ce moment, mais maintenant je pense savoir qui il était. Se déguiser pour conter des histoires aux races du monde était exactement le genre de choses qui correspondraient à quelqu'un qui aurait existé depuis le commencement du monde. Peut-être même celui qui a créé l'humanité...

Mais les bruits de la bataille s'intensifiait. Mes compagnons et moi-même nous regardâmes... Nous ne pouvions plus rester sans rien faire. Le combat devait recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
http://noveriah.bbfr.net
 
Histoire du Serveur: Chapitre 11 à 21
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire du Serveur: Chapitre 11 à 21
» [NON I.E] L'histoire d'une famille, la famille Tominari ! [Chapitre 2 en ligne !]
» Panda-Wah, histoire et évolution d'un petit panda :)
» La Deathwing, 1ère Compagnie du Chapitre des Dark Angels.
» Serveur héroique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novérïah :: Serveur Novérïah :: Le monde de Novérïah et ses races-
Sauter vers: